AccueilS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Sorcière, Déesse... C'est tout une question de divinités

Aller en bas 
AuteurMessage
Tsuki
Juunin de Kumo
Juunin de Kumo
avatar


Feuille de personnage
Expérience:
10/1000  (10/1000)
Affinités : Fuuton
Modus Operanti: " votre tirade préférée ici "

MessageSujet: Sorcière, Déesse... C'est tout une question de divinités   Dim 19 Sep - 15:00

Le peu de lumière que le soleil pouvait fournir à ce pays si sombre, commençait petit à petit à disparaitre. Il faut le dire, il commençait à se faire tard. La pluie tombait à flot, une pluie intense, lourde, maudite… Comme on en trouve qu’à Amegakure. Totalement trempée, j’étais immobile, sur le toit d’un des bâtiments le plus haut du village. Je la fixais des yeux, je fixais cette silhouette, que je savais ne pas être celle de la personne que je cherchais. Je ne pouvais entendre que le bruit de la pluie frapper mon corps, et ma vue se limitait à une simple silhouette, une forme d’une personne se trouvant à quelques pas de moi. Et je savais, je le sentais, elle aussi me fixait, elle aussi voulait savoir ce que j’avais pour elle. Plusieurs minutes se passèrent, sans un geste, sans un bruit autre que celui de la pluie et des quelques orages qui frappaient non loin de là. Jusqu’à ce que je décidai enfin d’ouvrir la conversation.

-Qui es-tu ? Pars ! Ce n’est pas toi que je suis venue voir…

U
n éclaire frappa l’un des bâtiments se trouvant juste à côté, la lumière émise par la foudre me permis de voir le visage de la silhouette, bien comme il lui permit de voir aussi le mien. La visibilité ne demeura qu’une fraction de seconde, mais je pus voir une mèche de cheveux cacher une partie de son visage, ainsi qu’une chaine parcourant sa joue gauche.

FLASHBACK
C
ela faisait déjà plusieurs mois que j’avais été promu en tant que messagère officiel du Raikage, en d’autres mots, je m’occupais aussi bien de délivrer les messages les plus importants du village, comme les colis personnels du chef de Kumogakure no Sâto. C’était gratifiant de savoir que l’homme le plus important du village avait une totale confiance en vous, bien que s’il savait la vérité sur moi, il ne m’aurait surement jamais fait confiance. Être secrètement une fervente disciple d’Izanami, alors que vous êtes sensé n’avoir de dévotion que pour votre village, peut être mal vu. Surtout que, le « prophète » voudra surement un jour des informations plus confidentiel sur le village. Mais, j’aimais être la fille que le Raikage voyait en moi, et pour cette raison j’évitais de trop contacter ma « secte ». Le Raikage m’avait fait appeler dans ses quartiers, il avait une mission très importante à m’assigner. Autant le dire tout de suite, une mission très importante pour cet homme signifiait ou une mission très secrète, ou une mission très difficile. Et le problème, c’est qu’on se savait jamais quel genre de mission importante c’était jusqu’à la finir, ou tomber sur le danger.

Je devais me rendre à Amegakure no Sâto, et m’entretenir avec l’Amekage pour lui remettre un message. J’avais comme beaucoup de monde, entendu beaucoup de rumeurs sur la chef d’Ame. Mais les rumeurs ne sont jamais réellement vraies, ni jamais totalement fausses. Comme j’aimais le dire, les rumeurs naissent pour une raison, mais passent par tellement de bouches que les mots ne sont plus les même. Tout le monde avait déjà entendu parler des intempéries de ce village « maudit », c’est pour cette raison que j’emmenai avec moi une longue cape noire qui me servira pour me protéger de l’intense pluie d’Ame. La cape que je mis aussitôt le village proche, pour me protéger de la pluie qui n’allait pas tarder à apparaitre. Il ne me fut pas difficile d’entrer dans l’enceinte du village, en tant que messagère de Kumogakure, rare sont les villages qui me ferment les portes. Et d’après les rumeurs, je savais exactement vers ou trouver la personne que je cherchais….


Dernière édition par Tsuki le Mar 12 Oct - 14:31, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Karasu Tengu
Nukenin d'Ame
Nukenin d'Ame
avatar


MessageSujet: Re: Sorcière, Déesse... C'est tout une question de divinités   Lun 11 Oct - 15:45

Saleté, déjection, crasse, sale odeur, humidité, liquide visqueux et insolite. Ainsi se tramait le début de mon après-midi à vagabonder dans les égouts de poubelle city j'ai nommé Amegakure. En tant que nukenin je ne pouvais me permettre de passer par la grande porte. Je me voyais donc dans l'obligation d'emprunter les canalisations qui passaient sous la ville. Je pataugeai depuis près d'une heure dans ce qui paraissait être une marée de matières organiques saupoudrées d'un zeste de moisissure blanchâtre. Armé d'un simple briquet pour m'éclairer j'arpentai avec dégoûts ce labyrinthe sinueux empestant la merde. Mes sens olfactifs avaient depuis longtemps rendu l'âme. Etant complètement bouché, il me fallait à présent respirer par la bouche ce qui me laissait un goût aigre au fond de la gorge. J'avais pratiquement l'impression que la graisse dégoulinait le long de peau tant cette atmosphère ragoûteux me faisait suer. Je réajustai la cape que je venais de troquer pour l'occasion. Je renvoyai le capuchon sur ma tête afin de me protéger le visage. J'en venais à me demander pourquoi je continuais mon trafic dans un coin pareil. La vente d'arme commençait sérieusement à me taper sur le système. Ces allez retour entre le pays de l'herbe et de la pluie devenaient gonflant. Un de mes futurs contacts se trouvait dans le quartier résidentiel. Je devais l'y retrouver afin d'y conclure une affaire. Dans le milieu celui-ci se faisait appeler Le Tocé. J'ignorais pourquoi, mais cela ne m'inspirait guère confiance. Après plus d'une demie heure de marche je finis par déboucher sur une ouverture menant à des bassins dépurations. Ce que j'y vis me laissa un peu bêta. Une putain d'orgie avait visiblement eu lieu dans cet endroit. Des centaines de morceaux cadavres jonchaient sur le sol. J'avançai vers le centre de la pièce afin d'acquérir une vue d'ensemble. J'entendais les éclats d'os craquer sous chacun de mes pas. Le sol séché laissait à penser que la baston remontait à plusieurs jours tout au plus. A mes pieds se trouvaient de nombreuses dalles désencastrées. Je me demandai qui pouvait bien être l'auteur d'un si joli spectacle. Un long râle me sortit de mes réflexions. Je me retournai et vis une tête en décomposition agiter ce qui lui restait de mâchoire. La chose se plaignit une nouvelle fois sans que je comprenne ses dires. Aussi étrange que cela pouvait paraître ce truc vivait encore. Je la soulevai par les cheveux pour la mettre à hauteur de mon visage. De près, celle-ci était encore plus immonde. La peau noircie par la putréfaction s'émiettait lentement tandis que la plaie au niveau de son cou était en partie rongée par un amas de mouche. La partie supérieure de son crâne était quant à elle t'enfoncée alors que sa mâchoire, déboîtée, partait en travers. La tête tenta encore de parler sans succès. Le même son étouffé continuait de sortir de ce qui lui restait de bouche. Je me saisissais de sa mâchoire à pleine main puis la remit en place d'un coup sec.

-Wahou !! Putain mec merci. J'avais peur qu'on m'oubli ici. Cette saleté de pétasse à massacrer tout le clan à l'aide de son pote. Comme si elle allait s'en sortir comme ça. Aide moi à ré-assembler mon corps. Je promets de la faire souffrir très lentement. Au nom de Jashite !!

Je comprenais désormais pourquoi cette tête pouvait parler. Jashite était le nom du dieu que vénérait ce timbré d'Hidan. A croire que tous les mecs de cette secte possédaient l'immortalité. Je les plaignais d'une telle connerie. Je ne voyais aucun fun à ne jamais pouvoir tomber quel que soit les coups reçus. Cela enlevait toute sa passion au combat de savoir dès le début qu'on en sortirait vainqueur. La tête continua de déblayer toute une ribambelle d'insulte sans me prêter la moindre attention. Je l'observai d'un air vaseux tout en m'amusant à le balancer par les cheveux. Il commença à s'énerver puis me traita de tous les noms. Je lui envoyai un petit directe du gauche avant de lui geuler dessus :

-Ecoutes moi bien face de macchabée. Si tu ne fermes pas ta gueule tout de suite j'arrache le peu de cervelle qui te reste pour m'en faire une écharpe. Est-ce que c'est bien clair ?

La tête cessa aussitôt ses jérémiades et me lança un regard assassin de son unique oeil. Je lui lançai un sourire des plus moqueur. Cette tête commençait à enfin à prendre conscience de son état.

-Et ouaip mon gars. Même la joconde subit les outrages du temps.

Je l'envoyai valser dans les airs en ricanant. Une fois qu'elle fut retombée à ma hauteur, je lui assénai un superbe coup de pied retourné qu'il l'envoya valser vers un des bassins d'épurations. Je souriais de plus belle. J'avais assez perdu de temps avec cette merde. Je reprenais ma route pour rejoindre Le Tocé. Il me fallut encore dix bonnes minutes pour rejoindre la plaque qui me mena à l'extérieur. Débouchant directement sur une ruelle, je comptais profiter du jour de marcher pour me mêler à la foule. Je ne voulais pas me faire avoir deux fois de suite par la pluie de Face-De-Piercing. Une fois de retour à la surface, je m'effaçai dans la masse et me dirigeai vers le point de rendez-vous. Je me sentis légèrement enivré à la pensée de toute l'oseille qui m'attendait. L'air frais de la pluie était une bénédiction après avec cette escapade dans les bas fonds de la cité. Mon nez se sentait revivre. Je réajustai le capuchon sur ma tête puis virai dans une étroite ruelle comme si de rien n'était. J'empruntai un escalier de secours qui raisonna dans une série de fracas à chacun de mes pas. Je pestai contre ce maudit tas de ferraille tout en donnant de petit coup de pied contre l'une des marches. La moitié de l'édifice s'effondra dans un tonnerre d'acier et de rouille tandis que je m'élançai de justesse sur la battisse d'en face. J'eux tout juste le temps d'apercevoir une ombre au chapeau melon disparaître dans les ténèbres. Le Tocé venait de prendre la poudre d'escampette... Je ne pouvais l'appeler au risque de me faire repérer. Un terrible et tortueux élan de blaze s'empara de moi. J'avais traversé la moitié du Yuukan, j'avais rampé dans des égouts crasseux, j'avais joué au foot avec une tête de macchabée. Et tout cela pour rien. Alors que je m'apprêtai à partir noyer ma rancune dans le bar du coin j'aperçus un remontant d'un autre genre. Un bolide comme on en envoyait pas tous les jours. Vu l'engin il y avait de quoi de se refaire un bon coup. Je vis à la lueur d'un éclair le bandeau de Kumo scintiller sur son front d'une kunoichi. Je ne m'étais encore jamais fait de gonzesse du pays de la foudre. Il fallait bien un début à tout. Qui plus est, je n'y étais point recherché. Je m'avançai vers elle d'une démarche assurée tout en retirant mon capuchon.

-Yéh ! Qu'est-ce qu'une femme aussi charmante que toi, fais dans un lieu aussi sinistre que celui-ci. Tu devrais faire attention. Le coin est assez malfamé. Dis-moi, je connais un bon bar dans le coin. Ça te dirait qu'on aille discuter autour d'une bouteille de saké ? C'est ma tournée.

Tournée, tournée, c'était vite dit. Je n'étais même pas sûr d'avoir assez sur moi pour me payer un verre...
Revenir en haut Aller en bas
Tsuki
Juunin de Kumo
Juunin de Kumo
avatar


Feuille de personnage
Expérience:
10/1000  (10/1000)
Affinités : Fuuton
Modus Operanti: " votre tirade préférée ici "

MessageSujet: Re: Sorcière, Déesse... C'est tout une question de divinités   Dim 17 Oct - 9:56

C’est bien moi ça, en pleine mission officiel des plus importantes, et voilà qu’un ringard quelconque tente sa chance avec moi. Je comprends que mon visuel peut paraître assez fille facile pour les pervers qui hante ce bas monde. Mais de là à me faire draguer sous l’intense pluie d’Amegakure, au bout milieu des toits… Quel en était la probabilité ? J’en ai fait des voyages, des rencontres, des combats… J’ai connu toute sorte de personne, dans toute sorte de situation, mais le pervers sur le toit d’un bâtiment en plein milieu d’une tempête de pluie ? On ne me l’avait jamais fait. Même si cette homme, n’avait pas de bandeau et se comportait comme un simple dragueur du samedi soir, il ne pouvait me leurrer. Je savais qu’il était un shinobi, mais pourquoi ne portait-il pas de bandeau du village caché de la pluie ? Pourquoi ne pas se faire reconnaitre comme une autorité de ce village ? Serait-il un déserteur, un Nukenin ayant décidé de se promener dans Ame ? Ou bien, c’est moi qui vois le mal partout ? Non, définitivement, il était un shinobi. Aucun civile ne vient se promener sur les toits des maisons sous une pluie aussi intense. Non seulement, parce qu’il n’en non pas la capacité, mais en plus c’est totalement inutile à moins d’être un voleur ou un cible du village. Mais dans ce cas, quel serait l’intérêt de venir faire la causette à la première rencontre ?

Toute cette situation ne me regardait pas vraiment, je devais juste me limiter sur la partie qui m’incluait dans cette situation. En gros, envoyer balader le pervers sans l’insultait ou le laisser croire que c’était mon intention. Depuis sa proposition, j’avais maintenu un regard plutôt distant et lacé. Cherchant des mots qui ne le froisseraient pas trop, je mis du temps avant de lui répondre. À Kumogakure no Sâto, je n’aurais pas cherché deux secondes, mais à Ame c’est une autre histoire… Après tout, je suis en mission diplomatique.

-Dégages, tu me donnes des nausées !

A
près réflexion, je pense que mes qualités de diplomates diminuent un peu quand on me manque de respect. Mais au moins, j’avais bien fait passer l’idée… Je pensais ça en tout cas. Il faut me comprendre aussi, de par mon grade au sein du village de la foudre, j’étais une voyageuse du monde. Et en alliant ça à mon passé, alors j’avais surement parcouru le monde entier. Et donc, rencontrer toute sorte de pervers, venant de tous les recoins du monde. Ne me prenez pas mal, je n’insinue aucunement être sainte. J’ai eu mon lot d’amant et ça même en missions officielles de diplomaties, et pas toujours avec des rencontres quelconques. Bien sûr, que j’ai déjà utilisé mon physique pour faciliter la diplomatie, pourquoi pas allier travail et plaisir, quand ça peut aider ? Mais là, je n’avais aucune raison de le faire. Il ne faut pas être sotte, ce que voulait mon interlocuteur était finir dans un lit avec moi ; ou tout autre endroit propice aux même exercices. Je ne le trouvais pas particulièrement canon, et coucher avec lui ne m’aiderait apparemment pas pour ma mission. Bien au contraire, il me retarderait. Attention, je ne dis pas qu’il était moche, juste qu’il ne faisait pas mon type d’homme. Toujours d’un ton froid et un air imperturbable, je passais par le pervers en lui donnant un dernier avis.

-Tu devrais faire attention. Dans un autre endroit, une autre situation… Je t’aurais tué !
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Sorcière, Déesse... C'est tout une question de divinités   

Revenir en haut Aller en bas
 
Sorcière, Déesse... C'est tout une question de divinités
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Shinobi Memories :: Archives :: Shinobi Memories V1 :: Ame no Kuni-
Sauter vers: